Index du Forum

 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Odélide

 
Poster un nouveau sujet   Ce sujet est verrouillé; vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.     Index du Forum -> Recencement -> Recencement du Peuple de la Source
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Odélide
Peuple de la Source

Hors ligne

Inscrit le: 20 Oct 2009
Messages: 102
Localisation: Sûrement en train de m'engueuler avec Alexis...
Féminin

MessagePosté le: Lun 18 Jan 2010, 07:45 pm    Sujet du message: Odélide Répondre en citant

Nom: Odélide Akula

Surnom: Hum... Lily pour mes amis et ma famille, mais puisque vous n'en faites pas partie, Odélide fera très bien l'affaire!

Âge: 27 ans et et trois saisons...

Sexe: Féminin, évidement!

Nation: Peuple de la Source


Informations physiologiques et physiques 


Physique: On me dit souvent que je suis superbe et... c'est pas mal tout ce que j'ai à dire sur mon physique. Comment ça, ce n'est pas suffisant? Pourtant, il me semble que ça veut tout dire... D'accord, d'accord, j'élabore. *Aucun sens de l'humour ceux-là!* Donc, hum... Je pense que la principale chose qui accroche les gens (et les rendent peut-être un peu mal à l'aise parfois) lorsqu'ils me voient pour la première fois, c'est le regard scrutateur que je pose sur eux. Naturellement, mes yeux y sont pour quelque chose: grands, violets, profonds, brillants, bordés de longs cils foncés et surmontés de fins sourcils; ce n'est pas vraiment commun. J'ai un visage aux traits doux, plutôt plat et allongé, sans pommettes saillantes. Mon nez, caractéristique de ceux de ma race, est petit et rond et ma bouche aux minces lèvres rouges forme la seule trace de couleur chaude dans mon visage dont la peau est d'un blanc laiteux. Mes cheveux m'arrivent jusqu'au bas des reins et sont d'un doux violet. Je les laisse toujours onduler librement le long de mon dos à l'intérieur du dôme; à l'extérieur, il sont tressés. Mes bijoux sont souvent dans les teintes de bleu et mes vêtements varient du lilas au noir selon mon humeur du matin. Ma taille est fine bien que je ne soit pas très grande. Et finalement, mais j'imagine qu'il est un peu futile de le mentionner, j'ai de longues mains palmées aux doigts fins, des pieds palmés et trois fentes sur chacun de mes flancs, juste en dessous de mes côtes. Si vous n'aviez pas compris, ce sont les branchies qui me permettent de respirer hors de la ville...


Caractère: La première chose à préciser, c'est ce que je sais ce que veux et que je l'obtiens toujours. J'ai la tête dure et l'esprit lucide et j'ai appris au fil du temps que nos objectifs ne se réalisent pas tout seuls et qu'il faut constamment se battre pour faire valoir nos propres intérêts. J'exprime toujours mes opinions haut et fort, même si les autres ne sont pas d'accord avec moi (de toutes façons, il y a toujours des gens en désaccord...) et lorsque quelque chose ne fait pas mon affaire, vous l'apprenez généralement assez vite. À part ce côté un peu (beaucoup) obstiné de ma personnalité, je pense être une personne digne de confiance et de bonne compagnie. Et, attention....... J'ai un sens de l'humour!!! (Il peut parfois tendre un peu vers le sarcasme, mais c'est de l'humour quand même...) Oui, je sais, ça peut vous étonner, un politicien et un Menawan mélangé dans la même personnalité, ça donne un joli méli-mélo; mais moi aussi, je sais m'amuser, même si j'ai souvent un air sérieux et studieux avec les gens que je connais moins. En tout cas, j'évite de prendre des airs trop supérieurs ou dédaigneux, surtout depuis que j'ai rencontré... enfin, cet imbécile des Sommets. Vous savez, cet homme guindé et hautain: Alexis Bledri. Dernière petite chose sur moi, j'aime beaucoup passer du temps seule à réfléchir, à lire et à m'instruire et j'ai un esprit d'analyse et d'observation qui est caractéristique de ma fonction dans la ville (Menawan). Je suis très curieuse, ça transparaît parfois dans mes yeux.


Signes particuliers: Je vais répondre à ceci par une autre question: est-ce que vous voyez beaucoup de demoiselles aux cheveux et aux yeux violets dans le coin? J'en doute fort... Vous pouvez donc le considérer comme un signe particulier. À part ce léger détail, il y a aussi mes mains et mes pieds palmés et mes branchies typiques de ma race qui sont particuliers dans les sommets.

Talent(s)/Compétence(s): Commençons avec le talents qui est le plus commun chez ceux de ma race: la nage. Qu'y a-t-il de plus a dire à propos de mes talents? Du côté artistique, les bijoux que je fais sont particulièrement beaux. J'ai aussi un certain aisance à manier les mots. J'aime raconter des histoires... ou discourir devant une foule. J'ai aussi une excellente mémoire.




Informations sociales  

Relations: La majorité de mes relations sont mes collègues et je vois aussi ma famille de temps en temps. Naturellement, la vie ne peut pas être remplie que de belles choses, il y a aussi des personnes qu'on aime un peu/beaucoup moins. Ainsi, je me vois contrainte de mentionner la personne qui a réussit à me pourrir l'existence en quelques mois plus que n'importe qui ne l'a fait de toute ma vie: Alexis Bledri. Cet homme-oiseau prétentieux qui a réussi par je ne sais quels moyens à se faire élire par son peuple et qui a tenté de me faire avaler que ce que les Menawans des Sommets essayent de faire était ce qui était le mieux pour nos deux races. Mais le pire (ce que j'ai moi-même du mal à comprendre), c'est que malgré son air de dégoût hautain constamment peint sur le visage, il a... un certain charme. Mais comment un imbécile pareil peut-il avoir une quelconque élégance?!?!? Peut-être que c'est à cause de ses grands yeux gris dont la beauté est accentuée par ses cheveux blonds? Ou l'air noble qui... Mais c'est quoi ces conneries! Non, je ne l'aime pas, pas du tout! Même que j'EXÈCRE les abrutis qui se pavanent avec leur petit air pompeux!... hum... oui... donc...

Métier/ Fonction: Menawan de la grande cité d'Izvor et représentante élue du Peuple de la Source.

Histoire:

Ça y est, il est là, juste derrière la porte. Je ne l'ai pas fait entrer tout de suite, le temps de reprendre un peu mon souffle. Malgré le fait que ça doit l'avoir un peu énervé d'attendre alors qu'il a fait un si long chemin pour rejoindre Izvor, il est tout à fait hors de question que je me présente devant lui avec l'air d'avoir couru le marathon... Quoi que ça n'est pas totalement faux, j'ai réellement du traversé la moitié de la Citadelle à la course pour régler un petit problème à la Chambre des Mémoires avant de revenir (en courant encore) dans cette salle pour y accueillir notre invité. Qui, soit dit en passant, est arrivé il y a plus ou moins une heure.

Alors que je tente désespérément de me rendre présentable et de retrouver une respiration normale (pas facile quand on vient de monter à la hâte une petite dizaine d'escaliers), une question me vient soudainement à l'esprit: «Mais qu'est-ce que je fais là?» Qu'est-ce que je fais là, moi, une petite Menawan du Peuple de la Source, sur le point de représenter mon peuple devant le représentant d'un autre peuple qui pourrait bien être nos cousins de l'époque du déluge? Dans toutes mes ambitions de fillette, je ne me souviens pas avoir une seule fois pensé que j'aurais pu un jour toucher du doigt cette fonction accordée si rarement par le peuple a un membre de ma nation, cette fonction concédé en temps d'incertitude pour faire ce qu'une population en entier ne peut faire sans provoquer une guerre civile.

Mais qu'est-ce qui m'a menée jusqu'ici?

* * *


Tout a commencé avec l'incroyable besoin de tout savoir et de tout comprendre d'une petite fille de sept ans. Une petite fille née de parents agriculteurs et éleveurs qui vivaient à Izvor, la très ancienne cité du Peuple de la Source. Une petite fille dont la curiosité dépassait le savoir des parents. Ils voulaient le bonheur de leurs enfants, leur décision fut donc facile à prendre: ils l'inscrivirent à l'école d'Izvor. La fillette avait beau poser un nombre étourdissant de questions par jour, les enseignants Menawans devaient être capables de calmer cet appétit de connaissances.

La jeune Odélide s'était immédiatement plu dans ce nouvel environnement. Elle s'entendait bien avec les autres enfants et fut fascinée par les Menawans. À la fin de sa première journée, elle s'était promis qu'un jour, elle aussi posséderait un savoir aussi grand qu'eux et qu'elle pourrait ainsi participer au bien-être de son peuple ailleurs que dans les champs ou dans les enclos de filets des vaches de mer, comme le faisaient ses parents. D'une certaine manière, les enseignants arrivèrent à apaiser la petite fille. En effet, elle ne revenait plus à la maison avec des questions plein la tête sur le fonctionnement du monde. D'un autre côté, à l'école, elle était la plus éveillée de sa classe. Elle aimait écrire sur les longues pages d'algues séchées, sautait de joie dès qu'ils allaient dans la Chambres des Mémoires de la Citadelle et les professeurs avaient rarement vu un enfant plus acharné au travail.

La raison de tous ces efforts était fort simple: depuis sa première journée, elle n'avait pas quitté des yeux sont objectif, la promesse qu'elle s'était fait à elle-même. Elle souhaitait ardemment qu'un jour, l'un des Menawans qui venaient tous les deux ans (un peu avant les réjouissances du prélude) chercher un apprenti la remarque et la choisisse. Et le manque de Menawans limitant considérablement le nombre d'élèves sélectionnés à chaque fois ne faisait que renforcer sa détermination à se distinguer pour augmenter ses chances d'être dans les prochains.

Et comme elle se l'était promis, elle finit par être choisie, une journée de l'année de ses douze ans. Ses qualités furent remarquées par Demyr, Menawan depuis une quarantaine d'années et ayant déjà eu neuf élèves. Il était d'une taille moyenne, très mince, avec des yeux perçants d'un gris de brouillard et de fins cheveux grisonnants lui tombant sur les épaules. Il avait la réputation d'être un homme sévère et sérieux qui considérait l'humour comme l'équivalent de la bêtise, avec les lèvres pincées et un haussement de sourcils. Malgré cette charmante renommée, c'était un homme respecté à la Citadelle. On savait qu'il ne choisissait pas ses apprentis à la légère et que ses élèves devenaient de puissants Menawans. Il était un enseignant patient et particulièrement doué pour raconter récits et légendes.

La première réaction d'Odélide lorsqu'il l'approcha fut d'être intimidée par le regard grave qu'il lui porta. Pourtant, lorsqu'il lui proposa d'être son élève, elle sentit que cet homme serait le meilleur des tuteur et elle accepta sans hésitation (d'ailleurs, comme refuser ce qu'on attend depuis cinq ans?). Non, l'apprentissage ne fut pas facile. Mais combien il fut enrichissant. Les sept années suivant les Réjouissances du prélude, Odélide ne fit que s'épanouir, comblant enfin cet appétit de connaissances et développant une magie d'harmonie avec les éléments. Son maître exigeait d'elle une grande rapidité d'apprentissage (et elle devrait en plus approfondir ses connaissances après ses années d'études car Demyr ne pouvait tout lui montrer tant il y avait de choses à savoir) mais elle ne le déçut jamais. Ce qu'elle préféra de sa formation fut d'apprendre chaque légendes racontant l'histoire de son peuple et aussi comment les raconter pour conserver l'intérêt des auditeurs même si c'était la vingtième fois qu'ils les entendaient. De l'apparition des premiers Menawans au récit du grand déluge, elle enregistra tout, même si certaines légendes étaient parfois improbables...

Les sept ans passèrent très vite. Il lui sembla que, tout d'un coup, elle passait de douze à 19 ans. Et le choc fut assez difficile à prendre lorsque son maître, l'homme qui la supportait depuis sept ans, lui retira son statut d'apprentie pour lui offrir celui de Menawan du Peuple de la Source. Bien que ce fut bref, elle eut la sensation qu'on la lâchait tout d'un coup dans le vide sans qu'elle n'ait de prises où se raccrocher. Mais l'angoisse passée, elle éclata de rire en goûtant enfin à une véritable liberté. Plus de maître, ses propres choix, ses propres études... Évidement, elle n'avait jamais été prisonnière de Demyr, mais ne plus dépendre de lui faisait un bien fou. Ce fut une superbe demoiselle de 19 ans qui revint chez elle pour la célébration du spirituel. Elle ne resta pas chez ses parent très longtemps, juste le temps de profiter de la compagnie de ses frères et sœurs, puis elle retourna habiter à la Citadelle où des pièces sont réservées aux Menawans. Elle se sentait mieux là-bas, entourée de ses collègues.

Cinq ans plus tard, une étonnante nouvelle arriva à la ville d'Izvor. Certains explorateurs avaient découvert des villages hors de l'eau, sur les flancs des grandes montagnes. Des villages habitées par d'étranges créatures: des humains avec des ailes, sans palmes ni branchies. Le plus étrange était que ces hommes parlaient un lange très près de celui du Peuple de la Source et, d'après ce que nos explorateurs avaient pu constater en prenant contact avec eux, partageaient aussi une culture assez semblable. Il était difficile de déterminer s'ils représentaient un danger pour la population, on décida donc d'envoyer d'autres personnes pour mieux comprendre ce nouveau peuple et de nommer quelqu'un pour prendre des décisions importantes en cas d'urgence et pour représenter les Sourciens s'il s'avérait que ces étrangers soient assez évolués pour avoir leur propre ambassadeur...

Peu de personnes s'étaient proposées pour les élections, les gens du Peuple de la Source n'étant pas très à l'aise lorsqu'il était question de diriger le peuple. La majorité de ces personnes étaient des Menawans possédant une grande expérience et le reste quelques gens du peuple possédant eux aussi une solide expérience de la vie. Odélide non plus n'avait pas l'intention de se présenter jusqu'à ce que l'un de ses amis la mette au défi de le faire quand elle avait prétendu un jour avoir plus de chances de remporter les élections en tant que jeune femme que n'importe quel de ces aînés. Elle avait accepté le défi et s'était pris au jeu... En se rendant compte, un mois plus tard, qu'effectivement, il y avait beaucoup de probabilité qu'elle se fasse choisir!

* * *


Je me surpris à sourire en me remémorant la raison pour laquelle j'étais dans cette pièce maintenant, et non le nez collé à une boule de Mémoire. Mais même si ça avait été un événement imprévu, ça me plaisait bien, cette nouvelle fonction. En fait, ce n'est pas très différent de mes tâches habituelles de Menawans. Je suis heureuse que notre première rencontre officielle ait enfin lieu. Bien, je pense qu'il serait temps que je cesse de rêvasser et que je le fasse entrer.

Mais quand les portes se sont ouverte sur l'homme ailé, la phrase de bienvenue que j'avais préparée pour l'occasion est restée bloquée au fond de ma gorge. Je n'ai pas l'habitude de me faire surprendre par une situation, j'aime avoir les choses en main. Mais cette fois, tout me décourageait de prendre les devants et de dire ce que j'avais à dire. Premièrement, je fus fascinée pas son physique. Un grand corps fin, des cheveux blonds, des yeux gris incroyables et, le plus impressionnant, de grandes ailes trônant dans son dos. Ensuite, l'énergie qui émanait de lui me fit réviser mon jugement. Il dégageait un charisme certain, mais sans chaleur. Une attitude raide, stricte, hautaine et dédaigneuse, comme si tout est insignifiant à ses yeux, que lui seul est important et que tout le monde doit partager cet avis. Quant à moi, cela ne me donna que l'impression d'un homme snob et arrogant, des caractéristiques que je n'apprécie pas particulièrement. Alors, je me suis tu et je l'ai observé avec attention.

Il s'avança et, juste avant de se présenter, je perçus un infime relâchement dans son masque fier. Il se repris après que j'aie remarqué la pointe de dégoût et de surprise mélangés à une grande admiration. Je savais ce qui avais suscité cette dernière émotion: il avais croisé mes prunelles violettes et son regard avait caressé mes cheveux de la même couleur. Par contre, le reste me laissa perplexe. C'était à croire qu'il n'avait jamais vu d'ambassadrice avant aujourd'hui! Il serra ma main et disant d'une voix chaude qui ne cachait pourtant pas son mépris:

-Alexis Junior Bledri, Maître du Conseil des Hommes des Sommets, donc représentant légitime du Peuple des Sommets.

Et je lui répondis du même ton:

-Odélide Akula, Menawan et représentante élue du Peuple de la Source. Bienvenue dans notre ville.

* * *


Je ne peux pas arrêter de songer à lui. À chaque fois que je ferme les yeux, son visage me revient, s'impose, me rend folle. Pourtant, à chaque rencontre, c'est la même chose: on commence tendus et on finit pas une querelle de la taille d'un ouragan. Ça fait déjà quelque mois que ça dure, je suis épuisée. Il faut l'admettre, nous ne nous entendons pas bien. Nous n'avons pas les mêmes points de vue sur le sujet qui nous sépare le plus: la montée des eaux. Dans mon peuple, cela ne pose pas de problème, ça fait bien longtemps que l'on a cessé de s'inquiéter. Mais en haut, les Hommes des Sommets voient leurs territoires qui se réduisent insensiblement au fil du temps. Il est aussi normal qu'ils désirent le plus d'espace possible pour que leur peuple s'agrandisse.

Le problème est donc là: nous suggérons de les aider à stopper la monté des eaux alors qu'eux exigent que l'eau redescende au niveau d'il y a 1000 ans et plus. Mais nous ne pouvons vivre sans eau, c'est notre élément comme l'air est le leur.

Comment faire pour conclure un compromis avec quelqu'un possédant plus d'orgueil que tout mon peuple réuni?

Donc, je le déteste et je l'aime. Je hais son air hautain et snob mais j'ai la drôle d'impression que derrière cette façade bourrée d'orgueil se cache quelque chose; comme la tortue protégeant son cœur sous sa carapace... Comme je l'aime!

* * *


JE LE HAIS!!!

Je hais cet ignoble... cet abominable... ce dégoûtant... ce détestable... Non, même tous ces mots ensemble ne sont pas assez forts! J'exècre cet horrible monstre, ce chien odieux! Je DÉTESTE cet être misérable et méprisable!!! Comment a-t-il pu seulement oser nous faire une telle chose à moi et à mon peuple? Ah le bâtard! Je ne me laisserai pas faire comme ça, pas question! Ça non, ce salaud n'a encore rien vu! Il me croit sûrement douce, un peu emportée de temps en temps (surtout à la fin de nos rencontres), sinon il ne m'aurait jamais confrontée ainsi. Mais ce dégénéré, cet abject fils de ver de vase n'a fait qu'entrevoir la véritable Odélide. Et il va regretter de m'avoir sous-estimée!

Bon, d'accord, je l'admets, je lui ai donné l'idée sous le coup de la colère hier. Nous étions (encore) dans l'une de nos interminables réunions et j'en avais vraiment assez qu'il s'obstine à exiger la régression des eaux alors que ma proposition était parfaitement raisonnable. Alors je lui ai crié que s'il n'arrêtait pas de s'entêter comme un enfant et qu'il avait encore l'esprit aussi obtus à notre prochaine rencontre, je lui déclarais la guerre! Et je l'ai conduit "délicatement" hors de la pièce... Bon d'accord, peut-être que le fait de l'avoir poussé et d'avoir claqué la porte derrière lui était un peu exagéré aussi, mais j'étais vraiment exaspérée.

Et ce matin, qui m'annonce-t-on? Un messager! Qui me déclare la guerre de la part d'Alexis! Le simple fait qu'il déclare la guerre est déjà une insulte à ma nation, mais qu'il soit assez lâche pour ne pas me la déclarer en face, ça c'est le comble! Quand on prend une décision, autant l'assumer! Mais moi je n'ai pas peur de lui, moi je vais aller lui dire ma façon de penser!

* * *


La guerre dure depuis environ deux ans maintenant...Et j'en ai vraiment assez.

Oui, je suis allée le voir cette journée. J'ai quitté la ville avec une dizaines d'hommes aussi furieux que moi de cette fourberie. Nous avons remonté jusqu'à la surface puis avons demandé aux habitants du premier village rencontré de nous porter jusqu'à la ville où siégeait leur hypocrite de chef d'état. Le lendemain, j'étais dans leur parlement (une bâtisse froide qui inspire à la fois l'admiration et le dédain) et je me dirigeais furieusement vers les portes que l'on m'avait indiquées avec mépris (une femme sans ailes, quelle monstruosité!) lorsque j'avais demandé à voir Alexis Bledri immédiatement. Sans m'arrêter pour frapper aux grandes portes de bois doré, je les avais poussées avec violence. Puis, j'avais, d'un regard brûlant, fait le tour de la salle, observant chacun des figures outrées qui s'étaient tournées vers moi. Oh. Je dérangeais les grands politiciens dans leur petite assemblée? Quel dommage...

Je repérais rapidement le beau visage de ce fourbe d'Alexis. Il était situé, comme un roi, au bout de la grande table et s'était levé d'un bon quand j'avais ouvert les portes. Et à ma grande satisfaction, même lui n'arrivait pas à dissimuler sa surprise à me voir débouler das cette salle. Je m'étais avancée d'un pas rageur vers lui et lui avait vivement expliqué ma façon de penser. Par égard pour les yeux sensibles, je vais cependant m'abstenir d'écrire ici tout ce que j'ai pu lui dire... Puis, je m'étais tue et je l'avais froidement toisé. J'avais ensuite tourné les talons et j'étais partie, sans attendre qu'il me réponde. D'après ce que j'avais compris de leur société, les femmes devaient être soumises. Le pauvre Alexis devait être particulièrement furieux de s'être fait parler comme ça par une femme, une femme poisson de plus, et devant tous ses dignitaires. Il devait avoir perdu une partie de sa crédibilité au près d'eux, après ça... Quelle honte, quelle humiliation pour cet homme si digne. Bien fait pour lui!

Depuis cette journée, nous nous sommes revus pour "parlementer". Mais il va falloir m'expliquer comment parlementer avec lui, car il est plus obstiné que jamais... Je ne peux pas abandonner. Ça lui donnerais l'impression que je suis une fille facile qui s'oppose à tout sans réelles convictions. Et ça serait l'équivalent d'oublier tous ces gens qui se battent... dans une guerre qui n'a aucun sens, une guerre déclarée à cause d'un chef qui tient plus à son orgueil qu'à son peuple!
_________________


Dernière édition par Odélide le Dim 28 Mar 2010, 01:53 pm; édité 30 fois
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Lun 18 Jan 2010, 07:45 pm    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Alexis
Hommes des Sommets

Hors ligne

Inscrit le: 20 Oct 2009
Messages: 224

MessagePosté le: Dim 7 Fév 2010, 09:29 pm    Sujet du message: Odélide Répondre en citant

Hum... Moi? Quoi? Lance un regard dégouter à Odélide. Vraiment? Cette jeune femme est entichée de moi? Fait un sourire menaçant et carnassier à Odélide. Ça serait une bonne idée de profiter de ça... Semble troubler en se rapprochant d'Odélide... Ouais...Ce racle la gorge. Faudrait pas qu'elle en profite elle aussi...

J'accepte cette jeune femme comme mon ennemie et comme hum...une femme que j'estime...
_________________
Revenir en haut
Alexis
Hommes des Sommets

Hors ligne

Inscrit le: 20 Oct 2009
Messages: 224

MessagePosté le: Dim 28 Mar 2010, 03:36 pm    Sujet du message: Odélide Répondre en citant

Voilà! Enfin terminé! Joie de vivre! Que la vie est belle! C'est pas si compliquer après tout. Mon orgueil a prit le dessus à ce qu'il paraît. Je tiens à faire remarquer à nos membres que c'est toi qui a parlé de guerre en premier! Faut pas me mettre toute la faute sur le dos! C'est pas parce que je suis le «méchant» que tout est de ma faute... Mais comment as-tu oser! M'insulter ainsi en pleine réunion du conseil! Ils vous ont donc pas appris la politesse dans ces bas-fond?!

Présentation Approuvé!
Bienvenu parmi nous!
_________________
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 04:55 am    Sujet du message: Odélide

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Ce sujet est verrouillé; vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.     Index du Forum -> Recencement -> Recencement du Peuple de la Source Toutes les heures sont au format GMT - 4 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | créer forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001 phpBB Group
trevorj :: theme by ~// TreVoR \\~
Traduction par : phpBB-fr.com